À l’heure actuelle, seulement 5,000 agriculteurs dans le monde pratiquent l’agriculture biodynamique. Toutefois, les professionnels sont de plus en plus nombreux à s’y intéresser de près. Semblable à l’agriculture biologique, la biodynamie va encore plus loin en mettant en œuvre des techniques visant à conserver les sols et les micro-organismes qui maintiennent leur qualité. Alors, en quoi consiste l’agriculture biodynamique ? C’est la question à laquelle nous répondons dans cet article ! 

Agriculture biodynamique : retour aux sources

Nous sommes dans les années 1920 lorsque les inquiétudes liées à la qualité des sols et à celle des aliments commencent à émerger. Dégénérescence des plantes cultivées, pertes de fécondité, épidémies… Voilà quelques-uns des signes qui alertent producteurs et éleveurs. L’augmentation et l’utilisation croissante de produits chimiques amènent également les professionnels à se questionner sur ces nouvelles techniques agricoles. C’est alors que Rudolf Steiner, un philosophe et scientifique autrichien décide de prendre le problème à bras-le-corps. Il organise, dans la foulée, huit conférences regroupées sous le nom de « Cours aux agriculteurs ». C’est durant ces colloques que sont posées les bases de la biodynamie.

Le principe de cette méthode nouvelle repose sur l’interaction entre le corps agricole et les éléments avec lesquels il interagit. Humains, animaux, climat, saisons… Tout est lié.

Aujourd’hui, la France compte 400 producteurs et 65 transformateurs adeptes de l’agriculture biodynamique. 

Agriculture biodynamique : quels buts ?

La préoccupation principale de l’agriculture biodynamique réside dans sa volonté de produire des aliments sains et de bonne qualité, sans avoir besoin de se tourner vers l’utilisation de pesticides et autres produits chimiques. À cette fin, il est essentiel de soigner les sols de nos contrées, de rétablir l’équilibre naturel pour ne plus avoir besoin de faire recours à des apports extérieurs.

Le respect de l’environnement est une composante primaire de la biodynamie. Les outils doivent être plus légers, le nombre de passages sur les sols doit être limité. Le but : respecter le sol et ses micro-organismes qui lui procurent toute sa vitalité. En terme d’apports, seules les substances organiques sont tolérées afin de nourrir la terre, ses résidents et entretenir sa structure.

La biodynamie considère les animaux autrement. Ils ne sont plus simplement perçus comme du bétail, mais comme des partenaires, des collaborateurs d’un grand « tout ».

Agriculture biodynamique : les méthodes

L’agriculture biodynamique ne vient pas remplacer la biologique, elle la complète. Les agriculteurs en faveur de la biodynamie se chargent de diversifier les cultures, de mettre en place des rotations longues afin de respecter chaque plante et ses besoins. Les professionnels de ce secteur font recours à des préparations spécifiques, dont les formules furent délivrées par Mr Steiner lui-même. La bourse de corne pour favoriser le développement des micro-organismes, la silice de corne visant à encourager la pousse des plantes et leur apporter des nutriments supplémentaires, l’achillée millefeuille pour influer sur la mobilité du soufre et de la potasse… Pour n’en citer que quelques-unes.

Vous l’aurez compris : l’agriculture biodynamique est une extension des méthodes biologiques. Cette dernière vise à remettre les sols en état et  à respecter la nature dans son ensemble en vue de produire des aliments sains pour notre santé.

Partagez-nous!!!
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire