Après des années de sensibilisation, le circuit court est enfin entré dans la tendance. Se fournir directement chez le producteur ou par le biais d’un seul intermédiaire est une priorité en pleine croissance. En effet, les Français sont de plus en plus nombreux à se sentir concernés par la qualité de leurs aliments. Savoir d’où ils viennent et comment ils sont conçus devient, au fil du temps, une nécessité pour les acheteurs. De la même manière, la philosophie du « consommer responsable » prend une place grandissante au sein des ménages du territoire. C’est un fait : nous devons privilégier le circuit court. Mais savez-vous réellement pourquoi ?

Le circuit court, kézako ?

Le circuit court est le procédé de vente/d’achat le plus rudimentaire. Il consiste à acheter ses denrées alimentaires auprès du producteur (en vente directe) ou via un intermédiaire au maximum (en vente indirecte). Le circuit court existe depuis la nuit des temps. Chacun d’entre nous se rappelle accompagner ses parents/grands-parents au marché du coin de bon matin pour faire le plein d’aliments frais. Malheureusement, ce mode de consommation fut délaissé petit à petit au profit des grandes distributions. Néanmoins, et cela, depuis les années 2000, les consciences se réveillent : le changement climatique, les difficultés économiques, les enjeux sociaux sont des problèmes qui peuvent être, en partie, palliés grâce au circuit court.

Les avantages du circuit court

Cela fait désormais une dizaine d’années que les associations de consommateurs et autres organismes militent pour que le circuit court devienne un mode de consommation habituel et non plus exceptionnel. Pourquoi ? Pour quels bénéfices ?

                        Des enjeux environnementaux

Moins d’emballage, de conditionnement, de transport… Le circuit court permet de réduire de manière significative la pollution et les dépenses énergétiques que la consommation de denrées alimentaires en grande distribution engendre. Notons que l’agroalimentaire génère plus de 30% des  gaz à effet de serre. Le transport, lui, (avion, camion, etc..) est à l’origine d’émissions de CO2 d’une quantité non-négligeable. À son tour, l’agriculture intensive est réputée pour ne pas prendre en considération les enjeux environnementaux de notre époque : pesticides, engrais, gaspillage d’eau, conséquences sur la qualité des sols… Le circuit court, permet, en résultat, d’amoindrir l’impact écologique.

                        Des enjeux économiques

Acheter auprès des producteurs favorise indéniablement l’économie locale. À une époque où les populations ont bien du mal à voir le bout de la récession, la vente en circuit court est un très bon moyen d’accroître les revenus du territoire et d’encourager les embauches.

Le producteur économise également sur ses frais de transport ; le consommateur venant sur place se fournir en produits. L’argent réservé permet au professionnel d’investir davantage dans sa production.

                        Des enjeux sociaux

Le circuit court amène les producteurs et les consommateurs à se rencontrer. Les liens se développent. Les agriculteurs ne sont plus isolés et coupés de leurs acheteurs. Qui plus est, producteurs, associations et autres organismes sont de plus en plus nombreux à organiser des ateliers, des visites, des activités visant à faire découvrir l’environnement de ces professionnels.

Retrouvez nos producteurs partenaires en circuit court sur ce lien Rechercher des producteurs fermiers

Retrouvez nos produits fermiers proposés par nos producteurs partenaires sur ce lien Acheter des produits fermiers

Partagez-nous!!!
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire