agriculture urbaine franceDepuis quelque temps, potagers et jardins se multiplient au sein des villes les plus bétonnées du monde. Les toits gris et ternes des gratte-ciels sont illuminés de couleurs verdoyantes alors que les coins de terre délaissés attirent l’attention des habitants qui vont jusqu’à mettre la main à la pâte pour créer un véritable potager collectif. Loisir, activité commerciale ou restauration du lien social, les objectifs de ces petits espaces de culture sont multiples. Envie d’en savoir plus sur l’agriculture urbaine ? C’est par ici !

Agriculture urbaine : redonner à la planète sa splendeur d’antan

Face à une terre toujours plus bétonnée, les populations ont décidé de prendre les choses en main à leur échelle. Après le circuit court, la vente directe, l’engouement pour les fruits et légumes de saison… Les consommateurs passent à l’offensive avec les jardins et potagers urbains. Retrouver un semblant de nature dans des zones surchargées de buildings, de routes et de transports en tout genre… Voilà le but primaire de l’agriculture urbaine.

Le développement de ces espaces de culture a soulevé plusieurs problématiques auxquelles il semble parfaitement y répondre :

1 – L’envie de s’alimenter par ses propres moyens : cultiver des légumes de saison, œuvrer en faveur de l’agriculture biologique, manger bio et bon, ne plus avoir besoin d’acheter une partie de ses produits dans les commerces… Les jardins urbains permettent aux habitants de faire pousser leurs propres denrées et de se passer des services des industriels.

2 – Arrondir ses fins de mois : pourquoi la vente directe de fruits et de légumes serait-elle uniquement réservée aux zones rurales ? C’est ce que certains adeptes de potagers urbains se sont dit. En plus de se faire un peu d’argent, ses cultivateurs de l’ère moderne commercialisent des produits bio (la plupart du temps). Les acheteurs se procurent ainsi des aliments de bonne qualité à moindre prix.

3 – Renouer le lien social. L’isolement des habitants urbains n’est que rarement pointé du doigt. Pourtant, de nombreux individus, qu’ils soient en situation de handicap, au chômage, à la retraite, sans cercle social, se retrouvent coupés du monde dans lequel ils vivent. Plus « faciles d’accès » qu’une association, les jardins et potagers urbains permettent de renouer le contact avec l’extérieur. Faire de nouvelles rencontres, échanger avec des personnes ayant les mêmes intérêts, construire quelque chose de nouveau ensemble… Et oui, cultiver des légumes, ça a du bon !

Agriculture urbaine : comment lancer son propre jardin/potager associatif ?

Un carré de pelouse/de terre de votre quartier vous a tapé dans l’œil, et vous vous verriez bien le reconvertir en jardin/potager associatif ? Dans ce cas-là, il vous suffit de vous rapprocher de votre mairie pour savoir si cette parcelle appartient à quelqu’un dans un premier temps. Le cas échéant, exposez votre projet au département concerné. Les communes apprécient tout particulièrement ce genre d’initiative. Ainsi, se voir refuser l’accord de la municipalité pour un tel projet est bien rare. Alors, profitez-en !

Partagez-nous!!!
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire